En Australie on désigne sous le nom de gommier (gum tree) tous  les eucalyptus, qui rappelons sont spontanés et donc  indigènes sur ce continent !

The white ghost gum ( eucalyptus papuana  ou corymbia apparerinja) est spontané dans le red center la partie centrale et désertique de l’Australie.

Je l’ai rencontré pour la première fois en 2009 dans le King’s canyon et il est réellement magique et surprenant : son écorce est blanche, fine, douce, quand on la frotte il suinte… et on peu récupérer son suc pour se le mettre sur le visage …il protège des rayons brulants du soleil…comme un écran total !

On l’appelle le gommier fantôme blanc en raison de ses petites fleurs blanches en grappes qui ressemblent à des têtes de petits bonhommes tout blancs avec des yeux noirs, rappelant les dessins de fantômes de l’inconscient collectif ! Sa croissance est tout à fait particulière et digne des enseignements de sagesse des peuples vrais ! En effet, l’arbre pousse en alternant régulièrement une branche qui meure et devient noire, puis une branche  blanche vivante qui continue à pousser et se recouvre de feuilles et fleurit et exhibant les fameuses fleurs fantômes…peut être en hommage aux branches mortes! Peut-être également, et je me prête à rêver de cette magie dans les accords du royaume végétal que les branches noires ne portent pas de feuilles…pour laisser les branches blanches pousser  mais que ceux sont les branches blanches qui portent les fruits de branches noires !

 Evidemment bien des paraboles pourraient être faites à ce sujet comme par exemple :

-Une branche basse se « sacrifie » (sans connotation judéo-chrétienne) pour que l’arbre gagne en hauteur, en ramifications, en force, et, à chaque étape de la croissance une branche inférieure stoppe sa croissance, noircit,  et une nouvelle branche blanche pousse. Il n y a pas de taille dans le désert alors la nature fait sans doute bien les choses pour que l’arbre arrive à maturité (sans se faire puiser ses forces par les branches basses).Un sacrifice bien calculé afin que l’arbre soit dans sa pleine expression … ce qui est le but de la Vie !

- on peut y voir aussi l’alternance mort-résurrection sur un seul et même arbre ! Ce qui est remarquable c’est la façon dont l’intelligence divine intervient avec ses rythmes et ses séquences  pour que le spécimen unique arrive à son terme !!! Vu sous un angle intérieur, c’est un peu comme si on assistait à notre propre parcours d’évolution : des morts et des renaissances (ce que tout être vit dans son processus spirituel de manière symbolique). Vu sous un angle plus extérieur on peut également y voir les disparitions de nos proches, ou d’inconnus, ou des humains de manière générale et dans la matière cette fois ci  et non plus de manière symbolique. Et alors on se met à aimer tendrement cet arbre pour sa générosité tant pour son écran total dans le désert à 45 degrés, que pour son enseignement ! Rendez vous compte il nous montre que nous sommes tous la branche morte ou vivante, selon, que nous sommes tous sur un seul et même arbre, et que sans ces rythmes, ces séquences, ces lois…l’arbre n’arriverait pas à son terme d’évolution !

 Cet arbre c’est un peu Gaïa, notre belle planète et son parcours d’évolution ! Le gommier blanc nous pousse un peu à accepter simplement bien des choses qui nous dépassent et paraissent parfois injustes…en nous montrant au final que l’arbre à poussé, fleurit et fructifié et que rien n’est vain, il n’ y a pas de perdants ou de gagnants, il y a un arbre magnifique et c’est le plus important ! Le tao nous montre ce beau cercle avec l’alternance du yin et du yang, du noir et du blanc, la géométrie sacrée du torus cosmique en mouvement…le white ghost gum enseigne la même symbolique ! Gratitude au Royaume du végétal et ses élementaux.

Dans le cadre de nos échanges de groupe en tant qu’étudiants d’Isabelle DAVID, les auras visionnaires, la question a été posée sur les effets de la Rose et de l’Ayahuasca qui pourraient être similaires ?Je vous partage ce qui m’est venu avec gratitude.En tout premier lieu nous avons tous des antennes pour nous connecter, certains s’en servent, d’autres pas, certaines sont atrophiées ou ont disparues fautes d’utilisation! La Magie c’est qu’elles peuvent repousser !!!

Fin 2019 je suis partie 3 mois au Gujarat me former aux bases de la médecine indienne : l’Ayurveda. Tous les textes relatifs à cette science et les termes utilisés dans la médecine sont en sanskrit, comme cette discipline n’était pas incluse dans nos cours, je suis allée suivre des cours de sanskrit avec les étudiants en première année de médecine pendant 2 mois et demi!

Le Royaume du végétal, pour ce qui nous concerne ici, le monde des plantes médicinales, est fascinant quelque soit la porte d’entrée que l’on choisit: botaniste, herboriste, médecin, pharmacien, neuroscientiste, alchimiste, physicien, chimiste, paysagiste, géographe,….quelque soit la culture Ayurveda, shamanisme, unani (homéopathie indienne), phytothérapie, aromathérapie...on y pénètre sans garantie d’en sortir un jour…une vie n’y suffit pas!

La médecine ayurvédique, médecine traditionnelle indienne, ancienne de plusieurs milliers années, et antérieure à la médecine traditionnelle chinoise, est, selon moi, la médecine actuelle la plus fascinante. Elle est probablement à l’origine de la plupart des médecines actuelles sur le globe, capable d’évoluer dans le domaine du shamanisme aussi bien que dans le domaine de la médecine contemporaine qui réclame des preuves scientifiques.

Le Yogi Indien, SADHGURU VASUDEV , dit : « à chaque son correspond une forme, une couleur ! »

Il est vrai que nous sommes baignés dans un monde d’énergies, d’informations, et ainsi à une longueur d’onde, une fréquence  données correspondent une couleur, un son, une vibration !

Deux petits mois de confinement ont suffi et permis à la végétation ici en montagne d’exploser sous toutes ses formes, sans gaz d échappements, sans girobroyeur, sans , sang ,100 , ....grâce au confinement  double reset pour l’ unité!